La Mala Surfboards, femme, surfeuse et shaper

MARIETA, PREMIÈRE FEMME SHAPER AVEC UN STYLE PROPRE DANS LES PLANCHES DE SURF MALA

Il y a quelques mois, j'ai rencontré Marieta, une femme qui a osé entrer dans le monde des "shapers", un monde que chaque femme qui a abordé ce métier passionnant sait qu'il est difficile d'accéder, l'espace occupé par les femmes dans "Shaping " est résiduel dans le monde mais encore moins en Espagne et bien que les choses changent petit à petit, le sexisme est énorme.


Si aux USA ou en Australie déjà dans les années 70 une femme a commencé à faire des incursions dans ce monde, ce n'est que récemment, ces dernières années que l'on a commencé à voir plus de femmes avec des masques et du papier de verre à la main. La Mala Surfboards est l'une d'entre elles, une surfeuse qui s'est entraînée de manière autodidacte, avec beaucoup de dévouement et en mettant toute son énergie dans son récent projet : Les mauvaises planches de surf.

La Mala Surfboards trabajando en su taller de tablas de surf artesanales


DU SURF AUX PLANCHES SHAPEAR

Il y a quelques jours, je lui ai parlé de surf, de shape, d'être une femme et bien d'autres choses et comme toujours la première question est obligatoire et je suis toujours intéressée de savoir quand les gens commencent à surfer, elle rit et me dit " trop tard à mon goût mais bon, les choses arrivent quand il le faut... S J'ai toujours été amoureux de la mer, et j'ai toujours été curieux de surfer, mais je pensais que c'était un sport de super athlètes, loin de la portée des humains ordinaires, mais tu as des années, et tu te rends compte que tu ne perdez rien à essayer, alors il y a quelques années, j'ai décidé qu'il était temps et là je suis toujours accro comme si c'était la plus dure des drogues !" C'est vrai, c'est une drogue, comme je l'ai écrit maintes fois, l'état de flux qui vous piège à jamais.

Marieta, shaper La Mala Surfboards trabajando sobre una tabla en su taller


Mais du surf à la fabrication de planches sont des grands mots, je dis, j'aurais adoré être shaper, c'était mon objectif mais l'argent a croisé mon chemin et ce doit être à cause de mon passé dans le retail de mode (d'où je suis parti) et mon grand-père cordonnier, qui a vu que les bijoux étaient ma façon d'être façonneur, mais quand avez-vous décidé de commencer à façonner ? " Quand il était temps de passer du liège au panneau important, c'est là que tout s'est déchaîné, Je n'ai rien trouvé qui me plaise, à l'époque, je ne connaissais aucun des grands shapers que nous avons) Je voulais une table cool, colorée, différente, avec des paillettes et je ne la trouvais pas , ainsi, en compagnie de mon partenaire, à qui je dois, la motivation, le soutien inconditionnel, la formation à l'utilisation de certains outils et me permettant d'occuper une partie de son atelier (il est artiste sur bois @g_drums_spain ) J'ai commencé à façonner un longboard, "Paradis Hibiscus" (Je donne une foi précieuse), qui peut être vu dans mon profil instagram . Je le garde avec beaucoup d'affection, c'était le premier en tout, et avec lui j'ai passé des moments inoubliables en mer, avec Germán et avec des amis qui font partie de la famille.

LE MONDE DU SHAPER

Entrer dans le monde du shape de planche de surf est complexe et plus encore pour une femme , son expérience a commencé quand il a voulu une planche en particulier et puis il a découvert que c'est un monde qui me donne beaucoup de respect... " c'est un art ancien , il me dit, avec beaucoup d'histoire, avec de grands shapers qui font de vraies merveilles et j'ai encore beaucoup à apprendre. J'ai du mal à m'appeler un "shaper" , la vérité. J'ai beaucoup appris sur la forme et la technique de Kazuma , j'admire beaucoup Timpone Quant au stratifié qui fait de magnifiques planches depuis tant d'années, par contre, le fait que toutes mes planches aient cette finition brillante, je le dois à Takayama qui est le "moins c'est plus" quand il s'agit de longboards. Et bien sûr mes références féminines ; Valérie Duprat nos styles sont différents, mais elle me semble très simple et élégante. J'aime aussi, le style de Christine Brailsford Caro cela fait des formes fantastiques et super étudiées, leurs poissons sont uniques. je suis aussi de près @surfersurfboard très polyvalent et polyvalent. En Espagne, il y a beaucoup de shapers qui font de super planches, je pense que je les suis tous, et d'eux j'apprends de nouvelles choses chaque jour, heureusement, il y a beaucoup de bons "bois" nationaux.

La Mala surfboards en su taller  shapeando una tabla de forma tradicional

DU CHMAGE AU FORMATEUR PROFESSIONNEL

Il ne sait toujours pas pourquoi il s'est lancé pour être un shaper professionnel, même s'il dit qu'il n'y croit toujours pas. " Du coup un jour, j'ai décidé de faire le premier post sur Instagram, sans autre but que de faire connaître ce que je faisais..." Et c'est comme ça que je l'ai rencontrée, qui adore tous les shapers, et nous sommes devenus collègues, parce que j'aime ce qu'elle fait et même si elle n'ose pas se dire shaper, elle l'est. De sa part d'être une femme dans le monde du shape, elle me dit que cela l'aide à être plus pratique, plus patiente et plus perfectionniste et que ce sont de grandes qualités pour mener à bien cette longue tâche qu'est la construction d'une planche de surf. Il est vrai que ces tâches manuelles demandent de la discipline et de la patience, je l'ai prouvé avec des bijoux et étant la plus impatiente du monde, cela m'a aidé à cultiver la patience.
Tabla terminada hecha a mano íntegramente por Marieta  shaper de La Mala Surfboard

En pensant à la place des femmes dans l'industrie du surf et aux commentaires ou critiques que nous pouvons recevoir, elle me dit que les choses sont heureusement en train de changer. " Pour le moment je n'ai pas eu de mauvais commentaires, ou pas directement et j'espère que ça va continuer comme ça... Heureusement, tout a beaucoup changé, et il y a eu de grandes femmes à travers l'histoire, qui ont laissé leur peau, et parfois leur vie, de sorte qu'aujourd'hui nous sommes presque à égalité avec le genre masculin, bien qu'il y ait encore beaucoup à faire ».

Quand je l'interroge sur sa première planche shaper par La Mala et ce qu'il dit aujourd'hui, il me répond : " me dit que Je me suis beaucoup amélioré en termes de technique, puisque le premier était pour moi, il me transporte vers des moments très heureux en profitant de la mer avec de grands amis et avec celui qui veille sur mes rêves et me rappelle que si vous avez l'envie et la passion, vous pouvez faire tout ce que vous vous proposez de faire. Chacun que j'ai fait me rappelle ce que j'ai appris en faisant chacun d'eux.
La mienne, mes planches sans compter les premières longues que j'ai comme oeuvre d'art dans l'atelier, j'ai une Long (celle avec des roses et de la dentelle, qui est aussi dans mon profil) et une Twin fin d'une belle couleur violette ( Evodrina ) puisqu'on dit que tout surfeur doit en avoir un dans son carquois, celui avec les boucles en a beaucoup plus que moi, c'est lui le branché"

MERCI DE MARIETA

J'aimerais remercier les personnes qui m'ont aidé, poussé et encouragé à entrer dans ce merveilleux pétrin, en particulier Germán, cela ne serait pas possible sans lui. Et aussi remercier chacune des personnes qui suivent mon compte sur Instagram, qui m'envoient leurs retours positifs, et qui aiment les publications, vous n'imaginez pas à quel point vous me faites plaisir avec chacune d'entre elles.

Bravo et bonnes vagues !!

Eh bien, c'est Bad Surfboards, que les vagues soient avec vous.

je t'invite à en lire d'autres articles de ce blog ou laissez-nous un commentaire ci-dessous.


1 commentaire

  • Mil millones de gracias por esta charla!! Nos queda pendiente una “en directo” y cerveza en mano. Salud y buenas olas!! 😘

    La Mala

laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés